Brume électrique

Brume électrique
L'image envoyée à quelques inconnus
10 janvier 2022 / Envoi n°6 / Tirage 13x18
Pellicule n°681 /16 octobre 2021

Ce n'est pas un village à colombages, les toitures ne sont en rien remarquables, et l'église est suffisamment discrète dans le paysage pour qu'on ne la distingue même pas en passant devant. Pourtant, s'il existe encore ici un village, c'est sûrement plus grâce à cette église atypique qu'à la ligne à haute tension qui traverse les champs alentour. On a dû installer cette ligne avant que l'église ne soit classée, avant que la puissance publique ne veuille voir ses formes protégées, ou au moins la vue qui s'en offre.

Vue du ciel, c'est un trèfle à quatre feuilles, enfin, c'est à dire qu'elle a un plan quadrilobe. Mais c'est bien, se dit-on, car aujourd'hui l'église est classée : elle ne devrait pas s'effondrer tout de suite. Mais elle souffre cette batisse séculaire.

Cette église où le curé du coin vient quelques fois dans l'année pour bénir les vignes

Les appels du porteur d'un projet éolien me  faisaient un peu l'effet des arnaques au compte formation. C'est amusant d'être élu local dans ces coins un peu sinistrés par l'époque. Enfin non, ce n'est pas amusant, c'est troublant. Je suis plutôt pour qu'on diversifie l'orginie de l'énergie que l'on consomme. C'est absurde, je suis complètement pour. Déjà parce que je n'ai pas vraiment d'avis sur la question, non pas que je m'en fiche, mais surtout parce qu'au fond j'ai quand même un avis. Et puis parce qu'en CM2 j'avais lu un article du Point sur les centrales nucleaires et que ca m'avait l'air hyper dangereux. Ce qui a l'époque m'apparaissait comme une trahison me réconforte presque aujourd'hui : ma mère lisait le Point il y a 30 ans, et elle vote toujours à droite aujourd'hui. Statistiquement elle aurait pu se retrouver électrice d'extrême droite en 30 ans.

Ce panneau Danger qui trône devant le second autel depuis 30 ans

Je n'ai pas vraiment d'avis et j'en ai un, et d'ailleurs en conseil municipal j'ai voté pour. Il n'y aura évidement pas grand chose pour la commune, pas assez pour retaper l'église qui ne peut raisonablement pas être considérée comme une priorité, mais au moins quelques arbres à planter pour cacher les pales qui passeront derrière le clocher.

Les gens du village s'en fichent, enfin, ils n'ont pas vraiment d'avis.

De toute façon y a déjà la ligne à haute tension, c'est déjà moche.

Souvent il faut se convaincre pour convaincre les autres, en allant faire des photos de la ligne à haute tension dans le brouillard, je voulais surtout répondre à ça, expliquer que le beau ça s'invente aussi parfois. Et au fond j'ai trouvé ça intéressant quand un conseiller sûrement plus lecteur du Point depuis longtemps a voulu l'électricité gratuite pour les habitants de la commune.

Mais si on avait une usine de chocolat, on n'aurait pas notre contigent de tablettes gratuites...

C'est le genre de phrases qui ne fonctionnent pas, et c'est très amusant de mesurer l'émoi qu'une idée farfelue pour certains et de bon sens pour les autres va susciter chez le porteur de projet. L'élu local est prié de laisser l'évaluation du bon sens à d'autres et de ne surtout pas se perdre en conjectures farfelues, l'élu local peut être contre mais il conviendrait autant que possible que cela ne remette pas en cause le jalon qu'on lui soumet.

Ce diable qui enflamme les campgnes 

Moi je n'y connais rien. Quand il y a du brouillard et que je suis du côté de Chablis, je sors dérouler une pellicule. A ceux qui s'inquiètent du bruit des éoliennes, il est souvent répondu que la ligne à haute tension se fait entendre dans le paysage par temps de brouillard. A chaque fois j'ai plutôt constaté le silence morne qui enveloppe les prairies, mais surtout je suis convaincu qu'on ne peut pas se dire qu'il faut pouvoir charger toutes nos batteries sans devoir en passer par là. Et bien que je n'y connaisse rien, je préfère voir une éolienne sortir de terre que des panaches rejoindre le ciel.

C'est sûrement un peu décousu mais au fond c'est passionnant : lire des rapports parlementaires sur l'éolien en se disant que la première étape serait de rendre ce travail-là intelligible à ceux qui sont les premiers concernés ; comprendre comment un maire radical de la fin du 19ème siècle s'est assis sur les nécessaires travaux de ce l'église que la Révolution avait fait sienne, jusqu'à sa mort qui drainera 700 badeaux devant cette minuscule église. C'est passionnant de s'attacher à un lieu qu'on ne connaissait pas il y a 5 ans, de s'interroger sur son avenir et d'éplucher son histoire. Et c'est comme ça que j'en suis venu à promener mon appareil dans les horizons bouchés de la transition énergétique, c'est juste plus joli avec du brouillard.